La position des mains sur le clavier

Bonjour à tous,

La troisième vidéo est enfin arrivée après un long chemin périlleux du au manque de moyens techniques (caméra……). Mais comme on dit, c’est en forgeant qu’on devient forgeron. Cela donne donc quelques effets floutés… après tout c’est un style comme un autre Clignement d'œil ! Je tiens à remercier Virgile pour l’aide tournage.

je commencerai aussi très bientôt le glossaire qui rassemblera les définitions propres au piano et au solfège de manière à ce que l’intégralité du contenu de ce site puisse être compris.

La transcription texte est la traduction exacte de ce que je dis dans la vidéo, les images en moins. Bonne vidéo et surtout laissez vos commentaires. Si vous êtes déjà pianiste je serais heureuse de connaitre vos avis et vos techniques.

Transcription textes:

Bonjour c’est Laura Martin, bienvenue dans cette troisième vidéo de votre-cours-de-piano.com dans laquelle j’aborderai la position des mains sur le clavier.

Les poignets dans l’alignement de la main

Tout d’abord un rappel de la vidéo précédente dans laquelle j’avais précisé que les poignets devaient être dans l’alignement de la mains. J’avais aussi parlé de la hauteur des poignets en fonction des morceaux que l’on joue et la manière d’accompagner la musique, mais la position de base est d’avoir les poignets dans l’alignement de la main.

L’orientation des poignets et la voûte sous la main

Les poignets doivent être légèrement inclinés vers l’intérieur de main et non pas vers l’extérieur. Ceci va vous permettre d’une part de décoller les coudes du corps mais aussi de maintenir la voûte sous la main. Vous voyez, ici ma main fait un petit pont et les phalanges situées à ce niveau là ne sont pas creusées. Le quatrième et cinquième doigts ne sont pas avachis. Il y a cependant certaines œuvres qui vont demander de tourner légèrement les poignets vers l’extérieur mais ce et sont des situations rares lorsqu’on débute il est recommandé d’orienter les poignets vers l’intérieur de manière à maintenir cette voûte.

La détente de la chaine épaules, coudes, poignets, mains

De plus il est important que la chaine épaules, coudes, poignets, main soit détendue. Lorsque je maintiens la voûte sous la main les muscles ne doivent pas être crispés. Cependant la main tient quand même.  Donc la voûte est importante mais la détente aussi.

Une position facile mais à éviter

je vois souvent des élèves qui ont cette position là quand ils jouent, c’est à dire qu’il ne creusent pas mais ne maintiennent pas la voûte non plus. Il faut faire attention car on prend cette position très rapidement. Elle nous facilite, on appuie facilement sur les touches. Je vous parlerai dans la prochaine vidéo de la position des doigts. Je rentre de plus en plus dans le détail de la position de la main. Détails qui sont cependant très importants et qui constituent les bases du piano.

La posture au piano

 

Transcription texte:

Bonjour c’est Laura Martin bienvenue dans cette deuxième vidéo de votre-cours-de-piano.com dans laquelle j’aborderai la posture au piano.

Une bonne posture au piano est importante pour ne pas avoir de douleurs lorsqu’on joue et après. Alors, je dirais qu’elle dépend des différents enseignements que l’on a eu, des écoles, des professeurs… Mais l’on peut tirer quelques principes généraux qui permettent d’avoir une position confortable. Il est important de ne pas se focaliser uniquement sur la position des mains, mais aussi sur la position globale du corps qui permet de faire de la musique un tout. Je détaillerai la position des mains dans une prochaine vidéo. Je vous parlerai donc de la hauteur du siège, de l’éloignement par rapport au clavier, de la position globale du corps et de ce qui fait de la musique un tout.

Alors, comment faut-il régler le siège?

Je dirais qu’il n’y a pas de réglage universel, tout dépend du confort de chacun. Cependant certaines personnes préfèrent être plus hautes, d’autres plus basses. Certains professeurs conseillent d’être un peu plus haut ou plus bas. Cela dépend donc des enseignements que l’on a reçu. Personnellement, je préfère être un plus haute. Ici mon siège est réglé au plus bas, je ne me sens pas très à l’aise car j’ai l’impression que mes avant bras forcent pour retenir le poids de mon bras. Je vais donc monter mon siège. J’ai monté mon siège d’environ deux cm, je me sens déjà beaucoup plus à l’aise car mes avant bras ne forcent plus. On remarque aussi que les coudes sont dans le prolongement du clavier et même un peu plus hauts, ce n’est pas vraiment gênant. On doit être quand mm un peu en suspension sur les touches, si l’on est trop haut, cela peut devenir très gênant.

A présent je vais vous parler de la position générale du corps.

Tout d’abord, il est important de ne pas être assis trop au fond du siège mais plutôt à l’avant.  Pourquoi ? Lorsqu’on est assis plutôt à l’avant on pourra mettre le poids du corps dans le clavier si nécessaire. Si on est assis au fond du siège on va retenir ce poids vers l’arrière, le son sonnera moins. Le dos doit être bien droit donc ni cambré ni courbé. Ensuite les coudes ne doivent pas être collés au corps. s’ils sont trop collés, les accords sont fades et sans amplitude. Les poignets doivent être dans l’alignement des mains. Par la suite, on pourra baisser ou monter les poignets en fonction de l’œuvre pour accompagner la musique. Lorsqu’on débute ils doivent être dans l’alignement de la main car c’est la position de base.

Le troisième point dont je veux vous parler est que la musique est un tout.

Le piano doit être le prolongement de vôtre corps. On doit accompagner la musique avec le corps, se pencher sur le clavier pour aller jouer dans les aigus ou dans les graves. Lorsqu’on joue devant nous, on ne doit pas être rigide et jouer les note uniquement avec les doigts, le corps doit être dans un mouvement général de détente. On doit s’autosuggéré de se détendre. Il faut bien penser à lâcher ses épaules, coudes poignets et penser à respirer. Souvent les élèves jouent en apnée et ne vont pas bien loin dans le texte car ils sont obligés de reprendre leur respiration. Donc la respiration est un point très important qui va vous aider à vous détendre et va vous aider à vous mettre dans cet esprit de détente globale du corps. Lorsque vous aurez trouvé cet esprit vous aurez plus de facilité à accompagner la musique et vous aurez un mouvement même lorsque vous jouez devant vous.

 

C’est la fin de cette vidéo, je vous donne rendez vous dans la suivante ou nous parlerons de la position des mains.

 

A bientôt

Pourquoi ce blog ?

 

Transcription texte de la vidéo:

Bonjour c’est Laura Martin,

bienvenue dans cette première vidéo de votre-cours-de-piano.com.

Tout d’abord, pourquoi ce blog ? Eh bien parce que je suis passionnée de piano depuis une dizaine d’année et que j’ai envie de partager cette passion avec un maximum de personnes. Vous allez me dire, mais à qui s’adresse ce blog ? A toute personne qui s’intéresse au piano de près ou de loin, mais aussi à des autodidactes! Vous y trouverez des informations générales sur le piano mais aussi des cours complets que j’essayerai de détailler au maximum. D’un point de vue pédagogique cela fait environ trois ans et demi que je donne des cours particuliers à des enfants entre 7et 13 ans mais aussi à des adultes qui n’avaient jamais fait de musique avant, c’est pour cela que je détaille un maximum mes cours notamment au niveau de la technique pianistique qui à mon sens est un point très important si l’on veut décoller en piano dans la suite de son apprentissage.

Merci et à Bientôt

La durée des notes

Nous allons dans cet article parler de la durée des notes Les rythmes et le tempo feront l’objet des deux prochains articles et viendront compléter celui-ci.

Voici un schéma rencontré au cours de mes études musicales qui m’a beaucoup parlé.

image

Vous vous rappelez surement, si vous avez lu mon précédent article que les temps composent les mesures. Ces dernières en contiennent un nombre qui varie en fonction de l’œuvre. Couramment une mesure contient 2,3 ou 4 temps. Ce qui veut dire qu’elle peut comporter un certain nombre de symboles en fonction de leur durée.

Exemples: une mesure à 4 temps peut contenir, 1 ronde, 2 blanches, 4 noires, 8 croches,16 doubles croches. une mesure à deux temps  peut contenir, 1 blanche, 2 noires, 4 croches, 8 doubles croches.

Mais alors, comment fait-on si l’on veut faire durer une note 4 temps dans une mesure à 2 temps ?

Dans ce cas, il est nécessaire d’utiliser une autre convention d’écriture. On va créer une liaison entre deux blanches. La liaison est inscrite du côté opposé aux queues des notes.

image

Les liaisons vont permettre d’adapter l’écriture à la mesure. On peut lier n’importe quelle note avec une autre note du même nom de manière à la rallonger. Mais attention, si une note par exemple un Do est lié à un Ré, il ne s’agit pas du même type de liaison. Donc pour rallonger un DO, il doit être lié à un DO. Quelques exemples de liaisons,

image

  une blanche et une noire valent trois temps

image

deux noires valent une blanche donc deux temps

image

une noire et une croche valent un temps et demi soit une noire pointée.

Pointée ? Mais qu’est-ce que cela veut dire ?

Voici une noire pointée,

 image

Le point permet d’ajouter à la la note la moitié de sa valeur. Donc si l’on décompose la noire pointée on obtient une noire et une croche.

Une blanche pointée vaut une blanche plus une noire donc trois temps.

Voici une blanche pointée. Le point peut être ajouté sur n’importe quel symbole.

image

Parfois il est possible de rencontrer deux points à la suite. Ici, le deuxième point vaut la moitié du premier.

image 

Je précise tout de même qu’il est rare de rencontrer cette écriture. Le point simple reste le plus utilisé.

Pour terminer, nous parlons de durée de notes, mais alors qu’est-ce qu’un rythme ? Vous pouvez vous rendre sur l’article suivant, les rythmes de base.

C’est la fin de cet article, merci d’ajouter dans les commentaires les aspects peu compris afin que je puisse apporter des précisions ou améliorations si nécessaire.

Structure rythmique d’une œuvre musicale

Nous avons dans les articles précédents abordé comment se repérer sur le clavier ainsi que sur la partition. De plus nous avons évoqué quelques conseils de technique. A présent, il est temps de parler de la structure rythmique. Celle qui va venir accueillir les rythmes. Ceux-ci seront abordés prochainement.

Tout d’abord, il est important de définir la notion de mesure ainsi que de donner son rôle.

Une mesure est une durée, en général assez courte. Sur la partition, cette durée est représentée par un intervalle (une distance) compris entre deux barres de mesure.Une œuvre musicale est composée de beaucoup de mesures.

Pour ceux qui ont du mal à comprendre, Je le répète à nouveau mais la distance comprise entre deux barres de mesures sur la partition correspond à une durée dans l’exécution de l’œuvre. Par exemple, dans une œuvre quelconque il peut s’écouler 2 secondes de musique à chaque foi que l’on passe une barre.

Représentation de la mesure sur la partition

Une mesure est composée de temps. Le temps est donc une sous division de la mesure. Il s’agit donc encore d’une durée au niveau de l’exécution sonore. Il est compris entre deux pulsations.

Représentation de la mesure à 4 temps

Le rôle de la mesure est de structurer la partition mais aussi la musique. En effet elle est une sous division de la partition. Musicalement, elle donne la dynamique du morceau. C’est à dire qu’elle peut influencer sur l’interprétation de l’œuvre. Par exemple une mesure à trois temps peut être utilisée pour écrire une valse.

De plus la mesure influe sur la régularité de l’œuvre. C’est une durée constante dans un morceau de musique. Il y a tout de même des exceptions que je détaillerai plus tard.

Le temps est aussi une durée constante dans la mesure. Si celle-ci est divisée en trois temps, chacun d’entre eux durera le même temps.

Pour terminer, la mesure est dépendante du tempo. Il correspond à la vitesse à laquelle vous allez jouer. C’est donc un nombre de pulsations par minutes (comme pour le rythme cardiaque, si votre cœur bat à 70 pulsations par minute). Plus le tempo sera rapide, plus la durée de la mesure sera courte. Mais comme toujours il y a des exceptions ! La durée de la mesure va aussi varier en fonction de la valeur que l’on va donner au temps. Ceci fera l’objet d’un prochain article donc pas de panique.

Je vous invite à partager les aspects positifs et négatifs de cet article dans les commentaires.

L’action des doigts

On distingue deux types d’actions des doigts. Il y a l’action des doigts verticale et horizontale.
L’action des doigts verticale se fait grâce aux articulations des phalanges situées à ce niveau

phalanges action verticale

L’action des doigts horizontale se fait grâce aux articulations des phalanges à deux autres niveaux.

phalanges action horizontale

Faut-il privilégier l’une sur l’autre ?  Il ne faut pas privilégier l’une sur l’autre mais adapter la technique à utiliser en fonction du passage que vous allez jouer. Je conseille de manière basique d’élaborer un mélange entre les deux. Vous allez imaginer serrer une balle en mousse. L’action des doigts va se faire d’elle même.

Qu’apporte une action des doigts verticale ?

Une action verticale va permettre d’être plus vif et virtuose. En revanche dans les legato* elle est souvent trop brutale et néglige la qualité du son.

Qu’apporte une action horizontale ?

Une action horizontale permet de soigner le son. Notamment dans certains legato (chez Chopin par exemple). On retrouvera le terme de legato des phalanges pour illustrer cette action des doigts.

Je vous conseille personnellement de vous adapter au morceau. La plupart des pianistes professionnels sauront apprécier une technique principalement basée sur le legato des phalanges. Elle permet de jouer vraiment dans le clavier et de ne pas rater des notes dans les passages rapides. Il faut cependant savoir doser l’action horizontale des ses doigts.

7 points indispensables pour une bonne technique

  • se tenir droit sur son siège
  • être haut par rapport au clavier (pas trop non plus, l’important est d’être à l’aise)
  • mains posées naturellement sur les touches
  • coudes dans le prolongement du clavier
  • Lâcher les épaules
  • coudes non collés au corps (vous devez avoir l’impression d’avoir des petits coussins d’air sous les coudes)
  • action des doigts (vous devez actionner vos articulations ! Je détaillerai dans le prochain article les différentes actions des doigts possibles)

Les notes, sur le clavier, sur la partition

Nous avons vu précédemment comment se repérer sur le clavier. Voici à présent la manière dont se répartissent les notes sur le clavier. Chaque note qui précède un groupe de deux touches noires étant un do, nous imaginons assez facilement la suite.

gamme

Sur une partition, les mêmes notes sont disposées différemment en fonction de la clef * dans laquelle on se trouve et de la hauteur du son. Voici la représentation d’une octave* de la clef de sol*en partant du do du milieu.

clef de sol 

clef de fa* en partant du do du milieu

clef de fa

Le panel de notes est déployé au fur et à mesure des leçon vidéos. Il n’est donc pas nécessaire de vouloir les apprendre par cœur d’une seule traite. Vous les apprendrez progressivement en faisant les exercices proposés dans les vidéos.

Comment se repérer sur un clavier ?

Remarque pour l’ensemble du blog : les * revoient à des mots du glossaire

Débuter au piano demande de se repérer sur le clavier. C’est un point très important car il permettra plus tard dans votre apprentissage de mieux gérer vos déplacements.*
Tout d’abord vous devez discerner le do médian. On le nomme aussi middle C ou do du milieu à cause de sa position.

. do médian

Si vous le confondez souvent avec un autre do lors de votre apprentissage ou que vous le retrouvez difficilement, vous pouvez coller une gommette dessus.

Deuxièmement, vous devez repérer la structure du clavier. Ceci ce fait grâce aux touches noires. Vous remarquerez que celles ci alternent des groupes de deux et de trois. La note qui précède un groupe de deux est obligatoirement un do. Celle qui précède un groupe de trois est obligatoirement un fa.

clavier do et fa

Comment aborder une œuvre musicale ?

  photo partition

Nous allons à présent découvrir la manière d’aborder une œuvre musicale. Il s’agit d’une méthodologie parmi tant d’autres mais qui à mon sens pourra vous aider dans votre apprentissage. C’est celle avec laquelle j’ai appris à jouer et qui me sert encore régulièrement.  Il s’agit d’un support aux cours vidéo que vous pouvez utiliser sans modération. Je pense qu’il vous servira d’avantage lorsque vous aurez déjà les premières bases en piano.

  • Tout  d’abord, il peut être utile de repérer la tonalité*, l’armure* et le chiffrage*. Si vous êtes débutants et que ces termes vous sont inconnus, sachez qu’ils feront  l’objet de plusieurs articles. Vous trouverez également des explication dans les vidéos.

  • Vous pouvez ensuite effectuer une lecture de ce que vous devez jouer à la main droite et la main gauche à l’oral. Tapez la pulsation dans vos mains ou aidez vous d’un  métronome.
  • Vous allez mettre des doigtés si ceux-ci ne sont pas déjà proposés où s’ils ne vous conviennent pas.
  • Vous allez pouvoir commencer à jouer, effectuez un premier déchiffrage mains ensembles, très lentement. J’insiste sur ce dernier point, car beaucoup d’élèves s’acharnent à vouloir jouer rapidement dès le départ. C’est une erreur car le cerveau enregistre mal les informations. Les hésitations s’enchainent et vous n’êtes plus capables d’enchainer le morceau du début à la fin. Vous travaillerez toujours par 2 à 4 mesures ou alors par phrase musicale. Vous devez durant cette étape tenir compte d’un maximum d’informations possibles: notes rythmes, altérations*, articulations*, technique, nuances*, doigts qui restent enfoncés alors qu’il ne faut pas… Cette phase de travail demande à ce que l’on fasse de son mieux.  Mais comme cela reste difficile, il faut le décomposer dans une nouvelle étape de travail.
  • A présent, travaillez mains séparées, toujours de manière très lente. Il faut s’écouter et repérer le chant* de chaque partie. Vous allez dans un premier temps cibler votre attention sur les notes (avec leurs altérations) et les rythmes. Jouez l’extrait 5 fois. Dans un deuxième temps, concentrez vous sur les articulations et la technique. Jouez l’extrait 5 fois. Dans un troisième temps faites attention aux nuances et à la propreté du son. Jouez le passage 5 fois.
  • A ce stade, vous êtes déjà bien avancés. Vous pouvez remettre les mains ensembles et recommencer chaque passage, depuis le début, très lentement. Vous pouvez corriger encore et toujours la qualité du son et sa propreté  (accords ensembles, fausses notes…). La qualité du son ne pourra pas être abordée si vous jouez sur un piano numérique. Vous pouvez cependant faire très attention à la technique. Vous verrez lorsque vous aurez l’occasion de jouez sur un piano mécanique que tout le travail technique vous aura servi.
  • Il ne reste plus qu’à accélérer progressivement le morceau au métronome. Vous pouvez commencer à un tempo de 60 à la croche* et augmenter de deux crans chaque jour jusqu’à le connaître parfaitement.

A savoir: Une œuvre assez longue et difficile pour votre niveau prendra au moins deux mois d’apprentissage. Il faut donc persévérer !

Juste un petit rappel, les * renvoient à des mots du glossaire et qui sont abordés par des articles et vidéos. Donc pas de panique si l’article n’est pas compris à la première lecture !

Si vous avez déjà quelques bases en piano, je vous invite à partager vos méthodes de travail dans les commentaires.